CHRONIQUES - Mirwart 2009 BEL - Coupe du Monde Vétérans


Une course technique, pour des cavaliers et des chevaux endurants.
A technical route where the best riders and horses did well.

Résultats : 20 30 40 60 80 CEI* 100km CEI** 130km
Les photos de Caroll et Léo en cliquant sur la mosaïque/ Caroll' and Leo's photos by clicking on the thumbnails.  


Les photos de Muguet ici

Les championnats des jeunes chevaux     et les résultats

L'endurance belge – le dessus et le dessous du panier de crabes

L'endurance belge ne va pas bien et c'est un euphémisme. Malgré les bons résultats engrangés par nos cavaliers internationaux et la vente de plusieurs chevaux provenant de nos bons élevages, le reste ne suit pas le mouvement. Le serpent se mord la queue, il n'y a pas ou prou de renouvellement, les organisateurs sont fatigués, les disputes prennent le pas sur la conciliation.

Les affaires d'Assisi ont stigmatisé les conflits latents ou déclarés. La "commission endurance" de la ligue essaie pourtant de garder le navire à flot, mais les critiques et la méchanceté de quelques-uns peuvent suffire pour ruiner tout effort.

Exemple de Mirwart : une course comme Mirwart nécessite un budget de 15.000 euros (Mont Le Soie c'est 30.000 €). Pour mettre en place le site, préparer le parcours, baliser le parcours, sécuriser le parcours, prévoir un catering, constituer et organiser un staff d’officiels, de vétérinaires, de bénévoles… il en coûte :

-          Une semaine de travail pour 4 personnes, avec en plus 3 jours pour démonter et débaliser

-          Une équipe de 20 personnes bénévoles pendant deux jours

-          Tentes, ordinateurs, matériel de bureau

-          Système de chronométrage

-          Boxes démontables.

Il faut se demander à qui profite une organisation d’endurance. Certainement pas aux organisateurs qui ont donné de leur temps, de leur énergie, de leur argent et de leur influx nerveux. Même si l’immense majorité des cavaliers a spontanément félicité l’organisation de Mirwart, les deux ou trois critiques méchantes peuvent démolir tout un travail.

Donc à qui profite une course d’endurance ?

Aux cavaliers bien entendu. Car ils viennent là pour leur plaisir, du moins on l’espère. Ou certains viennent pour y qualifier leur cheval ou en espérant en faire la promotion pour une vente éventuelle. Ils paient une licence et une inscription à chaque course, c’est vrai. Donc quand on paie on est en droit d’attendre un service. Dans une entreprise commerciale, oui. Mais il se fait que les organisateurs sont des bénévoles. Il serait donc justice de demander aux cavaliers une participation, en temps, en énergie. On y pensera…

 

 

A partir d'octobre il est malaisé d'organiser une course d'endurance dans les forêts belges. Le lobby des chasseurs est là pour veiller au grain et faire entendre raison à n'importe quel gentil organisateur. Une gageure donc cette Coupe du Monde des Vétérans à Mirwart. Heureusement qu'il y a le domaine provincial et ses 1500 hectares de forêts où la chasse est régulée.

Un contingent de 24 chevaux a donc pris le départ par un froid de canard, dans l'obscurité pour affronter les 130km d'un parcours que l'on savait technique mais rouant. Pour éviter les désagréments causés par la pluie toujours possible, les organisateurs ont opté pour un parcours "tous temps" alternant des chemins empierrés (avec le plus souvent une piste centrale avec de la terre, donc plus souple). Donc une alternance de pistes galopantes et de chemins durs dont personne ne s'est plaint. La vitesse moyenne est d'ailleurs là pour attester de la qualité du parcours. Mais il y avait des passages techniques où il fallait relancer le cheval, des côtes et des faux plats, et la descente sur l'asphalte au retour vers le vetgate central.

Poespass et Karin Boulanger avaient un désir de victoire, ce que l'on voyait bien dans la détermination à faire la course devant. Les attaques incessantes du couple lors de la dernière étape où il fallait se débarrasser de l'allemande Petra montrait bien la vaillance de l'alezan. Un galop en descente sur l'asphalte ont finalement permis à Karin Boulanger et Poespass de se présenter détaché et d'éviter les aléas d'un sprint. Derrière, avec un très bon cheval, l'allemande Petra Hattab à 22 secondes. Il fallait ensuite attendre 27 minutes pour voir débouler trois chevaux pour un sprint remporté par la française Valérie Parisot (Mirdin) devant Anne Cuvelier(Nasyria) et le junior François Arnould(Bess Belushi).

Le lendemain, sur la CEI* de 100km, notre ami flamand Hubert Janssen prend une belle première place. Treize à l'arrivée sur 24 partants.

Un courtier des Emirats - emmené en voiture sur les diverses courses - a suivi les deux jours de course et a vu des chevaux intéressants, gageons que certains rejoindrons Bess Ess-Ob dans les écuries de l'un ou l'autre Sheikh.

Nous avions, presqu'un habitué aux courses belges, notre commentateur professionnel en la personne de Hervé Guesdon qui a animé comme toujours de voix de maître cette organisation.

From October, it is a hard job to organize en endurance race across the Belgian forests. The hunting lobby is strong enough to dissuade any try. So it was necessary to look for other options. The Provincial Domain of Mirwart was the answer. A public managed forest of 1,500 hectares with good trails to choose from. To avoid muddy going, the choice was made to use dirt and rocky roads with nevertheless a central bank with a bit of grass. So all in all, a technical route  made for good skilled horses and riders.

Poespass (with Karin Boulanger onboard) one of the best belgian horse which suffered an elimination at the EC in Assisi was looking for a victory and was al the way in the lead. During the last loop, the couple launched several attacks trying to get rid of the German Petra Hattab and her good gelding. Finally, during the descent on the asphalt, Boulanger wasn't afraid to take the canter for finishing detached. 28 minutes later, a pack of three horses launched a sprint. Third place for the French rider Valerie Parisot.

The day after, the CEI* was won by our Flemish chap Hubert Janssen.

A good surprise was the presence of a buyer from the Emirates, who showed a clear interest for several horses. This is a good progress for Belgium and his good breeding of arabian horses. For example Bess Ess-ob the horse who finished 2nd at the recent WEG pre-ride in Kentucky is a Belgian horse recently acquired by the UAE stables.

And last but not least, the French commentator Herve Guesdon - who used to be the official French commentator -  entertained everybody with his professional commentary.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Les jeunes chevaux - une valorisation qui devient intéressante.

En Belgique, malheureusement, beaucoup d'élevages du cheval arabe sont encore exclusivement tournés vers le show. Les belges y sont d'ailleurs très forts et ramènent souvent des lauriers.

Quelques élevages belges se sont néanmoins spécialisés d'abord dans la production d'un cheval arabe de sport - un cheval que l'on peut et doit monter - puis de chevaux d'endurance. Le Moirmonnay, Les Iviers, l'élevage d'Havenne, Zabawa, Rendpeine sont les pionniers en Belgique.

Mais la Belgique n'est pas la France; nous n'avons pas non plus la force de la SHF, ni le support des pouvoirs publics.

L'initiative Elwalraid, avec l'aide de la Région Wallonne et de l'Université de Liège à travers Mont le Soie, est un projet qui date maintenant de plusieurs années et qui a donné de bons résultats. Alicia d'Havenne avait fait un beau topten à Compiègne aux 7ans; avant elle Naseera avait décroché un podium l'année précédente.

Cette année le championnat des chevaux de 4, 5 et 6 ans s'est déroulé à Mirwart. Les années précédentes, c'est Mont le Soie qui accueillait les jeunes recrues. On a pu constater de bons progrès parmi les éleveurs, mais aussi et surtout un intérêt croissant parmi les courtiers. Heureusement car promotion et business vont de pair. L'année dernière c'est Stéphane Chazel qui venait à Mont le Soie, alors que cette année, en plus des demandes de l'émissaire de Sh.Mohammed, c'est Erwan Drouguet, l'émissaire de Sh. Hamdam, qui a pu visionner nos chevaux.

Sur les distances de 40, 60 et 80 on a enregistré une majorité de jeunes chevaux. Mais la catégorie des 4ans ne fut pas très prisée et on peut se demander si cela a un intérêt de déjà courir 40km à 4ans, même si la vitesse est limitée à 13kph.

Sur 80km, en 6ans, Hillkilly de Prazilia (un Elwalraid), un étalon appartenant à l'Eau Noire à Couvin, a dominé sa classe avec des récupérations époustouflantes malgré la vitesse de chaque boucle. Cet étalon est un petit fils de Nadir par une jument issue de Warandes Plakat. La propriétaire n'a pas souhaité vendre son cheval, attendant Compiègne l'année prochaine.

Sur la 60km, Koby d'Havenne gagne, devant quelques chevaux prometteurs à découvrir dans les classements. Koby est un trotteur/arabe qui avait déjà remporté sa classe des 4ans l'année dernière.

Le programme Elwalraid doit être content avec 6 chevaux à l'arrivée sur 6 départs dont le gagnant 6ans et les 2me et 4me chez les 5ans.

En substance, de bons points assortis de la mention "Peut mieux faire". Il reste à convaincre les éleveurs belges d'oser confier leurs bons chevaux à des cavaliers d'endurance. Une valorisation par le sport, et si en plus ils sont beaux, tant mieux pour les photos.

-        

 

 


Copyright - www.endurance-belgium.com - Tous droits réservés-2004/2008